Mise en oeuvre du dispositif expérimental de dépose de victime en maison de santé par les sapeurs-pompiers

 

Un nouveau dispositif sur les transports sanitaires effectués par les sapeurs-pompiers va être mis en œuvre de manière expérimentale à compter du 1er avril 2019.

Ce nouveau dispositif, issu de la collaboration entre le SDIS 47, le SAMU 47, la DT-ARS, la CPAM et l’Ordre des médecins, va offrir aux sapeurs-pompiers la possibilité de déposer les victimes en urgence relative directement en maison de santé publique ou en cabinet médical.

 

Les objectifs de cette expérimentation sont multiples:

  • Permettre une évaluation rapide du patient par un médecin de proximité ;
  • Limiter l’accueil et l’encombrement dans les services d’urgences des hôpitaux ;
  • Participer à l’amélioration du dispositif d’accès aux soins médicaux.

 

Le protocole de dépose est strict et le transport en centre hospitalier restera la règle si toutes les conditions ne sont pas réunies.

Ces déposes seront engagée dès le 1er avril auprès de 3 maisons de santé du département.

Les centres de secours de Fumel, Astaffort et Monflanquin seront directement impactés par cette phase test.